OVERDRIVE
& SUSTAIN

Par Vince Perraud


Débarrasse moi, je t’en supplie de ces chaines d’ombres.

Attaché à la terre comme un esclave.

que le sang siffle dans mes veines le soleil absent.

Que la vitesse dévore ton contact virus qui nous aspire débarrasse moi du temps.

Du corps qui lévite, aux spasmes stellaires, le chemin qui se trace sera le dernier. sous des lignes d’asphyxies.

Et puis reprendre le contrôle, libre dans la nuit commune, au bords des lumières.

Fleuves du soleil, qui nous caresse comme au premier jour.

Texte : FELIX BERGERET

Photographie : VINCE PERRAUD